Changer de vie, ça se prépare

Il y a des gens qui grandissent dans une ville et qui y finissent leurs jours. A l’opposé, il y a des gens qui ne savent même plus d’où ils viennent tellement ils ont déménagé au cours de leur vie. Je fais parti du deuxième genre.

Depuis ma naissance, je me souviens avoir vécu au moins 7 déménagements en famille (et j’en oublie sûrement…), puis 6 déménagements depuis que j’ai quitté le cocon familial. Ces changements d’environnement réguliers ont engendré une facilité d’adaptation accrue, mais surtout le besoin de rester sans arrêt « en mouvement ».

Il peut y avoir plein de raisons à un déménagement: agrandissement de la famille, coup de foudre pour une ville ou un pays, mutation professionnelle, désir de changer de vie, … etc. Si vous êtes concernés, le récit de mon déménagement de l’autre côté de la Manche devrait vous donner une idée de ce qui vous attend.

Avant toute chose, l’organisation est le mot clé pour tout déménagement si vous avez un planning serré à respecter. Voici à quoi ressemblait le salon de mon ancien appartement après une semaine de rangement:

cartons1

Avant le grand départ …

Déménager d’un pays à un autre, ce n’est pas simple… Surtout si comme moi, vous ne faites pas appel à des déménageurs professionnels (par économie, habitude, ou un peu des deux). Heureusement, Fly car offre la possibilité de louer un camion en aller simple de Paris vers Londres. Ainsi, un de leur agent vient récupérer le camion sur place à la date convenue, et se charge de le ramener lui-même à l’agence Française. Au final, je ne suis pas sûre que ce soit très rentable pour eux (le gars est venu en Eurostar et je le plains d’avoir fait le trajet tout seul pour le retour), mais pour nous ce fût bien pratique en tout cas!

La question logistique résolue, le plus gros souci n’est pas forcément celui que l’on a le plus anticipé. Le plus dur, c’est… déménager avec un animal de compagnie. Je parle d’un chien ou d’un chat par exemple… pas de poisson rouge ou de hamster, bien entendu. Dans mon cas, jouer les nomades avec un chat, c’est tout de suite un peu plus dur. Un changement d’environnement génère un gros stress pour les animaux et j’avoue qu’on a rencontré pas mal d’obstacles pour pouvoir ramener notre fidèle compagnon avec nous… Comme si toutes les tâches administratives / résiliations diverses (du genre « je me casse et je ne reviendrai jamais ») n’avaient pas déjà été assez dévoreuses de temps!

Avant le jour J:

  • Trouver un appartement « pet-friendly »… Plusieurs agences refusent catégoriquement les animaux à Londres, surtout dans les quartiers prisés. Il n’est pas rare de lire dans les annonces « no pets, no children, no smokers, no DSS… », plutôt restrictif mais malheureusement très courant! Le centre-ville ne me paraît pas accessible avec un gros chien, et seulement avec un peu de chance si on a un petit chien ou un chat.
  • Pour traverser la Manche, ce n’est pas une mince affaire non plus! L’Eurostar n’accepte pas d’animaux à bord, donc oubliez l’option simple et rapide, ce serait trop facile! On a alors pensé à prendre l’Eurotunnel (partenaire avec 30 Millions d’amis) mais attention, on ne peut prendre le tunnel avec un animal qu’en voiture de tourisme… donc avec un utilitaire de 10m3 c’est pas la peine d’essayer (soit-disant trop dangereux pour les animaux « vivants », je cite… ). C’est utile de le savoir car quand on se rend compte de cela quelques jours avant le départ, c’est contraignant de revoir ses plans à la dernière minute. Autre option finalement retenue: le Ferry. Un véritable coup de bol pour nous car la compagnie a obtenu l’autorisation de prendre des animaux à bord qu’en septembre dernier! Sinon, il restait encore la possibilité de prendre l’avion mais j’aurais eu quelques scrupules à laisser ma boule de poil en soute.
  • Emmener le chat au vétérinaire impérativement entre 1 et 5 jours avant le départ à l’étranger pour s’assurer que tout soit ok (il faut un passeport européen stipulant le vaccin contre la rage à jour, le vermifuge, le numéro de la puce électronique permettant d’identifier l’animal), et demander un somnifère pour que le trajet soit plus supportable (pour nous comme pour le chat).
  • Essayer si possible de ne pas fermer les cartons ou les sacs poubelle avec le chat caché à l’intérieur. C’est que parfois, ils ont peur qu’on les oublie!
miko

Miko

Pendant le trajet:

  • Espérer que la cage soit assez solide pour que le chat (dont la force est décuplée avec la peur) ne l’ouvre pas lui-même et vous agrippe les jambes pendant que vous conduisez, en prenant bien soin de planter ses griffes dans le mollet pour manifester son mécontentement (très douloureux mais surtout très dangereux!)
  • Garder son calme même si ses hurlements miaulements donnent un peu mal à la tête, surtout quand on cherche son chemin et que le GPS plante au mauvais moment… Visiblement le somnifère donné par le vétérinaire n’a eu strictement aucun effet.
  • Une fois arrivés en Angleterre: on pense à conduire à gauche! Tout est inversé, sens de circulation, rond points, priorités… Il faut penser à l’envers (ah ces anglais, jamais rien comme tout le monde!)

Une fois sur place:

  • Enfermer le chat dans une seule pièce (pour ne pas l’effrayer avec un trop grand espace inconnu), prévoir une nouvelle litière et de l’eau. Pour les longs trajets, il est certain que la cage de transport sera pleine d’urine, et une petite douche ne fera pas de mal au félin (même si l’eau n’est pas son meilleur ami, il acceptera volontiers car c’est un mal pour un bien).
  • La pièce principale sera remplie de cartons, qu’on mettra des jours à ranger. Néanmoins c’est un excellent terrain de jeu pour le chat, et c’est là qu’on comprend à quel point on a eu raison de s’organiser un maximum! Retrouver ses affaires n’est pas toujours évident les premiers jours… Où a-t-on rangé le dentifrice?
cartons2

… Enfin arrivés !

Pour résumer:

  • Beaucoup de stress et de fatigue: avant, pendant et après le déménagement…
  • Environ 8 heures de « road trip » (en faisant des pauses régulièrement s’il vous plaît!), où on réalise petit à petit qu’on est sur le point de changer de vie.
  • Que du bonheur, de très bons souvenirs, et en avant l’aventure!!

P.S: Cette fois-ci, j’ai choisi le mode « petit joueur » en choisissant un pays voisin,  au sein de la zone Européenne. La prochaine fois je change de continent! ^^

Publicités


Catégories :Chez les rosbeefs

Tags:, , , , , , ,

5 réponses

  1. Très intéressant et surtout instructif ton blog.
    Clap Clap !

    Je compte aménager sur Londre dans un an ( fin 2015 ). Je suis en pleine réflexion sur les démarches , et les solutions viables a entrevoir pour que la transition : Montpellier – Londres soit pas trop violente pour moi et mon chat.

    J’aurais une connaissance (  » famille  » ) sur place pour me faciliter l’intégration.
    Niveau taf , étant titulaire d’un CAP restauration ( serveur ) , mais ne pratiquant plus depuis x années , je compte me faire une remise à niveau au cours des mois à venir vu que mon frère par chance est restaurateur.Finalement , je compte débarquer avec 3000€ , histoire d’être  » safe  » dans ma tête.

    Ce qui me fait peur , c’est la colocation à venir après que mon contact de Londres m’est hébergé ( du moins , si il accepte , car c’est tout frais et l’intéressé n’est pas encore au courant ^^ ).
    J’ai juste pas envie que mon chat disparaisse car collocataire pas assez vigilant et qui n’a pas compris que au delà des caresses , c’est aussi une responsabilité supplémentaire.

    De plus , j’ai été une fois en collocation sur Paris et ce fut une mauvaise expérience car collocataire qui ramène sa copine et qui squat des mois , alors qu’elle avait déjà soit disant trouvée un appart en arrivant et qu’elle venait juste pour la semaine.Grosse tension sur les courses , à qui appartient le bout de fromage dans le frigo , pourquoi tu est crade et laisse tes caleçons degeulasse trainer …

    Bref , pas rassuré par la collocation.
    Pour autant , j’y suis pas réticent car conscient qu’il est possible de trouver des personnes agréable et un minimum responsable.

    ________

    En attendant , je vais perfectionné mon anglais sur les séries US.

    J'aime

  2. Que d’aventures ^^ Ton chat est à craquer en tout cas :P Pour ma part, j’ai bien envie de changer de vie. Je changerais bien de métier mais je me réserve ça pour plus tard quand ma santé ne me permettra plus de gérer en cuisine du coup je pense sérieusement à déménager aussi. Je reste quand même un petit joueur à côté de toi puisque je veux quitter Paris pour la Bretagne et même envisager de passer mon permis (moi qui est les voitures en hantise :P ). Bref, petit changement mais moi qui suis habitué à faire du surplace, j’avoue que ça me stresse un peu parfois (encore plus en ce moment où je regarde pour le taf ce que l’on me propose ;-) ).

    En tout cas, je suis tes aventures avec attention et plaisir ^^ Pour le prochain continent tu à des pistes sinon :P ?

    Bisous

    J'aime

    • Je pense qu’il n’y a pas de « petit » changement. Chacun détermine sa propre échelle et le principal c’est d’être en phase avec ses projets :) Si on a l’impression qu’on pourrait être plus heureux ailleurs, il faut franchir le pas. Sinon pour le prochain continent visé, il s’agit de l’Océanie (Australie? Nouvelle-Zélande?), mais il n’est pas impossible que je passe par la case Etats-Unis avant. Affaire à suivre ^^

      J'aime

Rétroliens

  1. 6 mois après… le bilan « SWITG.ME
  2. Déménager à Londres, ce qu’il faut savoir « SWITG.ME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :