Londres, ville pour cinéphiles

Quand on change de pays, on s’attend à changer nos habitudes. Certaines choses ne sont plus accessibles alors qu’on en adopte d’autres en se demandant comment on a fait pour se passer d’elles jusque là… Que ce soit au niveau du climat, de l’alimentation, des comportements en société (pour ne citer que quelques exemples), il n’est pas forcément nécessaire de partir très loin pour ressentir de fortes disparités!

Je ne ferai pas de long discours sur toutes les différences que j’ai noté entre Paris et Londres (ou entre les Français et les Anglais de manière générale), car il existe déjà de nombreux ouvrages et sites internet à ce sujet. En revanche, je peux vous lister (de façon non exhaustive) ce que je pensais regretter en quittant l’hexagone.

Parmi les choses que je regrette réellement:

  1. Mes amis restés en France
    L’impossibilité d’improviser facilement un resto, un verre ou un ciné comme avant avec eux est parfois difficile à assumer. Les moyens de communication sont désormais réduits à de (trop rares) échanges de mails ou textos. Il faut dire que grâce à la technologie d’aujourd’hui, on a largement le choix pour discuter à distance: Facebook, Viber, What’s app, ou autres bons vieux tchat. Quant à Skype, il ne remplace en rien le face à face. J’ai beau n’être qu’à 2h en Eurostar de la capitale Française, j’ai tout de même l’impression d’être à des années lumières quelquefois…
  2. La Tour Eiffel
    C’est bête mais les monuments incontournables qui contribuent à la notoriété d’un pays sont bien plus que symboliques. Parisiens, on ne prend pas assez le temps de visiter Paris et d’en apprécier la beauté. Quand on est loin, on rêve de monter au dernier étage de la Tour Eiffel, d’aller voir un spectacle au Moulin Rouge, de remonter l’avenue des Champs-Elysées pendant les périodes de Noël… Finalement, il faudrait toujours conserver un oeil de touriste pour se rendre compte des richesses qui nous entourent!
  3. Le bon vin
    Fan de bonnes bouteilles de vin blanc (en particulier le Sauternes, que je savourais avec un bon plat de tagliatelles à la carbonara ou avec du foie gras, à l’occasion), il suffisait d’aller dans n’importe quelle grande surface pour en trouver. A Londres, il faut connaître les bons quartiers.

Ces trois choses me manquent mais je m’étais préparée à vivre sans. Il faut en effet être conscient de ce qu’on perd, puisqu’on ne sait jamais à l’avance ce qu’on gagne. Certains pourraient être surpris que je n’insiste pas plus sur l’alimentation, la notoriété de la cuisine Française dépassant de loin celle de la cuisine Anglaise… Au final, c’est vrai que je ne trouve plus aussi facilement de bon vin à Londres, mais en revanche on peut boire des milk-shakes partout et du bon bacon se trouve aisément. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça compense, mais presque.

Tout ça pour dire que malgré tout, je ne regrette pas d’avoir emménagé à Londres, puisqu’ici c’est vraiment une super ville pour les cinéphiles! Parmi tous les abonnements que j’ai dû résilier (internet, téléphonie mobile, transports…), un seul allait me manquer: celui de ma carte UGC illimité 2. Pour 35,50€/mois, j’avais 2 places de cinéma pour aller voir autant de films que je voulais dans tous les cinémas UGC et Mk2.

Et voici ce que j’ai trouvé à Londres:

  • Cineworld: Un abonnement à une carte illimitée aux salles de cinéma de la chaîne pour 17,99£/mois (rentabilisée très vite car la place seule peut aller de 9£ à plus de 15£, en fonction de la salle et du jour de la semaine!). La carte permet aussi d’obtenir 10% de réduction au bar/confiseries. Si on va au cinéma ne serait-ce qu’une fois par mois, on a tout intérêt à prendre l’abonnement illimité. Surtout si comme moi, on habite à 10 minutes à pied d’un cinéma Cineworld. Les plus gros concurrents, Vue et Odeon, ne proposent pas de cartes illimitées.
  • Blockbuster: La possibilité de louer des DVD en ligne (ainsi que des jeux vidéos, juste pour info) par un système d’abonnement. Je paie 6£/mois pour recevoir par la poste jusqu’à 3 films. On établit une liste sur le site de tous les films qu’on désire louer (autant qu’on veut, en les classant par ordre de priorité), et ils nous les expédient un par un. Ensuite on retourne le DVD par la poste dans une enveloppe fournie (déjà affranchie) et le tour est joué! Perso, j’adore le concept, je peux maintenant louer tous les films que je n’avais pas pris le temps d’aller voir au cinéma! D’ailleurs, je viens d’en recevoir un:
blockbuster

Location de DVD par la poste via Blockbuster

Ajouté à cela, la ville est constamment en mouvement. Aller au théâtre, à l’opéra, à un spectacle ou encore visiter un musée… rien de plus simple, on tombe régulièrement sur des bons plans! Un gros budget n’est pas indispensable, la culture est vraiment accessible à toutes les bourses. Par conséquent, je n’aurai  aucun mal à alimenter mon blog!

Publicités


Catégories :Chez les rosbeefs, Cinéma

Tags:, , , , ,

3 réponses

  1. Tu n’aura aucun mal a alimenter ton blog et nous, nous n’aurons aucun mal à te suivre ;-)

    Bisous

    J'aime

Rétroliens

  1. 6 mois après… le bilan « SWITG.ME
  2. Londres, ville pour cinéphiles #2 « SWITG.ME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :