S’expatrier, c’est aussi s’isoler

Pour le premier article de l’année 2015 (oui je sais… pas trop tôt), j’ai pensé évoquer un sujet dont on ne parle peut-être pas assez: l’isolement inévitable associé à l’expatriation. J’entame ma 3ème année à Londres et je dois dire qu’en si peu de temps j’ai déjà l’impression d’avoir vécu plusieurs vies (plusieurs déménagements, plusieurs jobs, plusieurs romances y ont fortement contribué…). Cependant une question revient souvent dans ma tête et dans mon cœur: quel est ce sentiment étrange de ne plus savoir où se trouve mon « chez moi »? Où exactement ai-je laissé mes racines? Et si je rentrais à Paris, là où j’ai vécu la grande majorité de ma vie, aurais-je encore l’impression d’être « chez moi »? Plus maintenant, je crois… Car lorsqu’on décide de partir, il n’y a plus vraiment de retour en arrière possible.

Dans certaines capitales comme Londres, la communauté française est tellement forte qu’il est facile de se rapprocher de ceux qui vous rappellent vos propres racines. Le piège de ne s’entourer que de ses semblables est probablement le plus difficile à éviter, mais tout est une question de volonté. C’est vrai que lorsqu’on a grandi dans le même univers toute son enfance, faire ses valises pour partir s’installer à l’étranger peut paraître effrayant. Se déraciner, s’éloigner de ses proches, accepter de sortir de sa zone de confiance et perdre ses repères… Ne vous méprenez pas, ce n’est pas la distance qui détermine la difficulté d’une bonne intégration. De la France vers l’Angleterre par exemple, vous n’avez qu’à traverser la Manche et pourtant tout est différent.

expat quote

« Tu ne te sentiras jamais plus complètement chez toi, parce qu’une partie de ton cœur sera toujours ailleurs. C’est le prix à payer en échange de la richesse de connaitre et d’aimer des personnes dans plusieurs endroits. »

La vraie expatriation demande une immersion totale: partagez une colocation avec des locaux, sortez avec des locaux, parlez le moins possible dans votre langue maternelle. En un rien de temps, vous vous transformerez vous-mêmes en véritables londoniens… Et vous détesterez vous faire envahir de touristes dans les quartiers les plus populaires de Londres. Si je regarde en arrière, je constate que j’ai beaucoup changé. Londres m’a changée:

  • Je me sens en sécurité dans les transports publics et je fais moins la gueule dans le métro, je souris aux inconnus sans avoir peur qu’on me harcèle de tactiques de drague plus ou moins douteuses;
  • Je suis beaucoup plus tolérante concernant les tenues vestimentaires des gens (on voit de tout ici), mais cette tolérance s’étend au-delà;
  • Je réagis avec indifférence quand il pleut;
  • Quand il y a du soleil, je ne supporte pas de rester à l’intérieur (j’ai envie de me rouler dans l’herbe, me promener le long de la Tamise, boire un Pimm’s dans un bar en terrasse…);
  • Quand je suis dans un environnement francophone, l’anglais me manque;
  • Je n’ai plus besoin de planifier mon avenir des années en avance (et je vis davantage le présent);
  • Mon esprit s’est ouvert aux différentes cultures qui m’entourent;
  • J’ai la sensation de n’avoir besoin de personne, je suis – encore – plus indépendante;
  • Je suis devenue fière d’être française, de ma culture, de ma langue maternelle, de mon patrimoine;
  • Peu importe les galères sur mon chemin, je reste toujours consciente de la chance que j’ai de vivre ce que je vis.

Je ne suis pas là pour vous dire que l’expatriation est facile, ce serait vous mentir. Adopter une nouvelle culture nous change à jamais, encore faut-il accepter l’idée de reconstruire un nouveau réseau et de repartir – socialement – à zéro. Mais qu’est-ce qu’on y gagne au final? Une incroyable richesse intérieure, une ouverture d’esprit accentuée, une expérience irremplaçable. On devient aussi plus débrouillard, plus ou moins parce qu’on n’a pas le choix. Aller vers l’inconnu ne fait que d’alimenter une soif (jusqu’alors insoupçonnée) d’en découvrir toujours davantage. Le jeu en vaut-il la chandelle? A vous de voir…

Publicités


Catégories :Chez les rosbeefs, Humeurs

Tags:, , , , , , ,

9 réponses

  1. SALUT :)
    Je trouve ton blog génial! Je t’ai envoyé un message dans la rubrique « Contact »
    See u!

    J'aime

  2. Bienvenu dans le club des “déracinés” ;) Ca me rappel mes années à Londres… Je rajouterai aussi le faite qu’à toute heure du jour ou de la nuit, si tu as faim, tu puisse trouver un endroit ou manger (resto, street food, épicerie…).

    J'aime

  3. You nailed it on the head there sister.

    Aimé par 1 personne

    • Hello,
      Je suis française, j’ai 45 ans, je me suis expatriée à Londres depuis Juillet 2014, je me suis complètement reconnue dans votre article. Je vis dans un appartement avec des Italiennes et un espagnol. Je ne recherche pas du tout le contact avec les français au contraire je les évite lol. Comme toi je me sens mieux depuis que je suis ici, moins de pression dans les transports, je peux enfin m’habiller comme je veux sans avoir ce regard de désapprobation ou de moquerie car pas à la dernière mode. J’utilise mon français pour faire des rencontres avec des natifs anglais qui souhaitent apprendre ou s’améliorer en français. Je fais de très belles rencontres d’amitiés. Il est évident que ce n’est pas évident au début, surtout seule, il faut du temps pour trouver des gens avec qui on peut partager des bons moments comme des promenades ou un café dans un parc mais j’avoue que je ne regrette absolument pas mon départ. C’était un rêve d’enfant que je réalise et j’en suis enchantée.

      J'aime

      • Bonjour,
        J’ai 46 ans et j’envisage d’imaginer de penser à …..vivre 1 an à Londres pour revenir bilingue et trouver un nouvel emploi qui nécessite un anglais courant.
        D’après votre expérience est ce possible ? Quels sont les pièges ou les bons plans ?
        Merci
        Super expérience je pense !
        cécile

        J'aime

  4. « Quand je suis dans un environnement francophone, l’anglais me manque; »

    De toute ta liste, c’est le seul point que je ne ressent pas. Bon en même temps je ne me suis pas expatrier bien loin, j’ai juste quitter Paris pour la Bretagne :-)

    C’est un bel article en tout cas que tu as rédigé, rempli de tendresse je trouve. Comme je te l’ai déjà dit, je sais que j’aurais été incapable de partir comme toi (j’aime trop la France ^^ ) même si parfois ça pourrais sans doute me faire du bien.

    Après c’est pas comparable car tu as opté pour une autre culture, une autre façon de penser, une autre façon de vivre mais de mon côté c’est vrai que le départ de Paris, je ne le regrette absolument pas. D’ailleurs, bien que toute ma famille sois sur Paris, si pour x ou y raisons je ne serais plus avec Célia (ce que je ne souhaite pas ^^ ), je ne me vois plus du tout retourner sur Paris (même si je ne renie pas tout ce que j’ai pu vivre de bon là bas).

    Merci en tout cas de continuer de partager avec nous tes expériences, tes sensations et de nous faire voyager à travers ton espace :-)

    Bisous

    J'aime

    • C’est marrant que tu te sois identifié à cet article alors que tu as simplement changé de région au sein du même pays… Comme quoi, il n’est pas forcément nécessaire de partir très loin pour changer de vie! :)

      J'aime

      • Comme on dit, ce n’est pas la destination qui compte mais le chemin ;-)

        Bon après, je ne compare pas nos deux expériences. J’aurais été incapable de faire tout ce que tu as fait et mon « expatriation » avait quand même des risques très limités ^^ Mais c’est vrai que ta liste m’a fait sourire car j’ai ressenti un peu tout ça juste en quittant Paris. Comme quoi aussi la France est assez riche :-)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :