[CANADA] La vie à Montréal, par Vanessa

Vous vous souvenez des premières interviews d’expat l’année dernière? Yann nous a d’abord parlé d’Australie, puis Camille nous a fait voyager en Allemagne… C’est donc naturellement que nous nous dirigeons vers un tout autre continent cette fois avec Vanessa, installée à Montréal depuis plus de 2 ans. Voici son interview:

Quand as-tu quitté la France ?

J’ai quitté la France le 21 mai 2013.

Pourquoi as-tu choisi de t’installer à Montréal et qu’y fais-tu ?

En 2013, j’ai finalisé mes études en école de commerce. N’ayant pas d’attaches en France, hormis famille et amis, j’ai eu envie de partir voir ce qu’il se passait à l’étranger et pourquoi pas y trouver un premier boulot dans le domaine du Marketing et du Web.

J’ai choisi Montréal car j’y avais déjà séjourné pour des vacances. J’avais aimé la vie à la Montréalaise, la ville, l’hospitalité de ses habitants, les activités, etc. Je sais pas pourquoi mais je m’y suis toujours sentie bien et heureuse. Aujourd’hui j’y travaille en tant que responsable marketing pour une société qui vend des assurances. Un job qui me plait énormément et qui a contribué en grande partie à mon envie de rester vivre ici.

Quelles principales difficultés as-tu rencontré lors de ton installation ?

Je pense avoir été chanceuse car je n’ai pas, à mon sens, vécu de réélles difficultés quant à mon installation. Par exemple, ici si un appartement vous plait vous pouvez emmenager sans devoir y laisser un rein. Vous avez les moyens de payer votre premier mois, vous pourrez vous installer! Néanmoins, il y a deux choses qui ont été difficiles et qui le sont toujours. Lorsque vous quittez votre pays, vous y laissez vos proches et vous sortez de votre zone de confort. Ce qui est délicat. J’ai eu également, à mes débuts, la grande idée de me faire une entorse qui m’a handicapé pendant 1 mois et demi. Je me suis confrontée au système de santé qui n’est pas du tout le même qu’en France. Son accès est plutôt compliqué et je ne vous parle même pas des prix exorbitants. Pour résumer les médecins fonctionnent en liste fermée et n’acceptent pas de nouveaux clients. Vos seuls choix sont de vous rendre à une clinique, de prendre un ticket et d’espérer qu’on vous prenne en consultation le jour J ou les urgences (dans ce cas prévoyez un pique-nique).

Peux-tu citer 3 choses que tu adores à Montréal ?

– La liberté d’être qui on veut, de porter ce qu’on veut: Par exemple, en tant que femme il est agréable de pouvoir rentrer en sécurité chez soi peu importe l’heure ou sa tenue.

– La positivité et le coté chaleureux des Montréalais.

– La vie estivale et ses activités: En été, Montréal c’est the place to be.

… Et 3 choses que tu n’aimes pas ?

– Le système de santé.

– Les préjugés sur les Français: Même si je suis consciente que certains Français peuvent s’être mal conduis, il est parfois difficile d’être automatiquement mis dans le même sac sans même avoir ouvert la bouche…

– L’hiver trop long: La neige c’est beau, j’adore skier, faire de la luge, louer un chalet avec des amis… mais 5 mois d’hiver c’est long en tabernak.

11733279_10153096357119370_1572329044_n

Montréal en hiver

Y a-t-il des clichés que tu voudrais confirmer et/ou contredire sur le Canada ?

– Cliché n°1: Tu as du courage de vivre au Canada, tu dois avoir froid?

Alors oui il fait froid au Canada et la neige peut tomber pendant 5 mois d’affilés. Mais, il faut savoir que durant cette période tous les endroits sont chauffés. Et puis bien équipés vous ne ressentez pas le froid. De plus sachez qu’au Canada il y a de “vrais” étés. La température peut même monter à 40 degrés en ressentie.

– Cliché n°2: Ils ont un drôle d’accent les Québécois, on comprend jamais rien et je n’arriverai pas à me retenir de rire.

Au début j’avoue avoir eu des difficultés à comprendre certaines personnes. Mais avec le temps votre oreille s’habitue à cet accent mais également à toutes les expressions Québécoises. Il m’est même arrivée et il m’arrive encore d’écouter de façon hypnotyque certaines personnes. J’adore leur façon de parler leur inonations et expressions. Et j’avoue que lorsque je suis rentrée en France pour les vacances la vie me semblait bien moins chantante.

– Cliché n°3: Les Québéquois sont chaleureux d’apparence, mais ne pensez pas vous en faire de vrais amis.

Je pense que c’est comme pour tout, tout dépend de votre capacité à vous intégrer ou non. Les Québécois comme les Français nourrissont des prés-jugés et il est parfois difficile de passer au travers. Mais une fois la confiance gagnée vous aurez affaire à des personnes trés amicales et généreuses. Par exemple, lors de mon premier hiver j’ai été accueillie pour noël dans la famille d’une amie Québécoise.

As-tu adopté certaines habitudes locales depuis que tu vis là-bas ?

– Les expressions: Plus le temps passe et plus j’utilise des expressions bien locales. D’ailleurs mes amis français et ma famille me font souvent remarquer qu’il y a un petit quelque chose qui a changé dans mes intonations. “Maisant, me voilà rendue québéquoise?!”

– Je mange tôt: En France je dinais vers 22h alors qu’ici certains “soupent” déjà à 17h. Moralité, je mange quand je rentre du travail…

A quoi ressemble ton quotidien ?

Alors en semaine, mes heures de bureau sont de 8h30 à 16h30. Plutôt cool non? Quand je rentre chez moi c’est une deuxième journée qui commence. Les fins de journées et mes weekends sont partagées entre mes amis, des projets sur le web, mes engagements auprés de l’association de l’UFE (l’Union des Français à l’Étranger) du sport et du repos.

Montréal en automne

Montréal en automne

Ressens-tu parfois le « mal du pays »? Si oui, pourquoi ?

Absolument et c’est tout à fait normal de passer par des moments plus compliqués. Lorsqu’on est loin de ses proches, on perd un peu nos repéres et il faut affronter seul des difficultés auquelles on ne s’attendait pas. Il faut refaire tout son cercle d’amis, et s’entourer des bonnes personnes au début ce n’est pas simple du tout.

Quels sont tes projets sur le long terme ?

Pour le moment, je met tout de mon côté pour m’installer sur le long terme. J’ai commencé mes démarches administratives, donc wait and see.

Quels sont les conseils que tu donnerais à tous ceux qui aimeraient s’expatrier ?

De venir avec l’esprit ouvert et avec détermination. Car au Canada personne ne vous attend, vous devez faire vos preuves et vous intégrer dans un système qui roule déjà sans vous. Vous allez surement devoir accepter au début des petit boulots qui ne vous plairons pas mais sachez qu’il faut passer par là pour décrocher un jour le job de vos rêves. De plus soyez ouverts aux autres et allez rencontrer du monde, les canadiens vous le rendrons au centuple je vous le promets ;)

Le mot de la fin :

« La vie commence là où prend fin votre zone de confort. »

Montréal en été

Montréal en été

© Crédit photos, légendes et commentaires : Vanessa.

Vous avez aimé cet article? Si vous souhaitez en savoir plus sur Montréal et/ou sur le parcours de Vanessa, je vous propose d’aller faire un tour sur son blog très complet, fun et agréable à lire: Ness à Montréal :)

Par ici pour retrouver toutes les interviews d’expats!

Publicités


Catégories :Interviews d'expats

Tags:, , , , , ,

1 réponse

  1. Belle interviewe ;) Ca donne envie de voyager !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :